Une co-production de

Générique : “Euphotic” Carbon Based Lifeforms (Interloper) 2010 Ultimae Records, 2015 Blood Music (remastered)
Voix du générique : Karine

Crédits musiques

  • “Travel By Moonlight” r.roo (Nothing) 2014 Abstrakt Reflections
  • “Lonely Star” Asura (Radio Universe) 2014 Ultimae Records
  • “Espérance Délaissé” Asceptic Siliceum (Chaotic Paths) 2019 Abstrakt Reflections
  • “Sick Times” Boards Of Canada (Tomorrow’s Harvest) 2013 Warp Records
  • “Quaoar” ASC (Trans-Neptunian Objects) 2017 Auxiliary
  • “Starman” David Bowie (The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars) 1972 RCA

Les artistes

Crédit image

Texte de l'épisode

Seul sur ta plage à l’odeur doucement iodée, avec le ciel qui éclaire les timides vagues de cette mer calme, tu es comme hors du temps.

Tu regardes au loin, hypnotisé par ces ondulations étoilées venant du large qui s’échouent à tes pieds.

Un tel calme, une telle beauté.

On a l’impression que cela a toujours été, et sera ainsi à tout jamais.

Mais on a vu ensemble comment l’univers a débuté, comment une galaxie se forme, comment une étoile naît et comment la Terre et la Lune se sont créées.

Et comme tout ce qui est naît, un jour tout cela doit disparaître.
Il faut bien permettre la naissances d’autres étoiles et d’autres planètes.

Tout cela, tout ce que tu sens, vois, entends , aura un jour une fin.

Rassure-toi, nous ne connaîtrons jamais ces moments, ni nos enfants ni leurs enfants, ni leurs arrières arrière petits-enfants.

Si je te dit que le Soleil, et donc la Terre, sont à la moitié de leur vie, cela peut paraître inquiétant.
Mais c’est parce que le temps à l’échelle de l’Univers est d’un ordre de grandeur si gigantesque que nous sommes dans l’impossibilité de pleinement intégrer ce que cela représente.

La Terre date d’il y a 4.5 milliards d’années.
L’âge de l’humanité, si l’on prend en compte le plus ancien ancêtre, l’homo habilis, date d’il y a seulement 2,8 millions d'années.

La Terre est donc mille fois et demi plus vieille que l’humanité.

Même présenté comme cela, ces durées sont difficilement compréhensibles alors je vais essayer de te donner une idée en ramenant tout ça à des durées plus humaines.

Une vie humaine c’est autour de 80 ans, arrondissons ça à 100 ans, pour en simplifier le calcul.
Imaginons que cette existence s’écoule désormais en 1 seule seconde.

1, naissance
2, décès
1, naissance
2, décès
1, naissance
2, décès

A cette échelle :
la révolution française c’était il y a 2 secondes et 3 dixièmes.
les grecs nommaient les constellations il y a environ 25 secondes,
les égyptiens construisaient les pyramides il y a 45 secondes.
L’humanité, quant à elle, a démarré il y a 7h46 minutes et 40 secondes,
la fin des dinosaures, c’était il y a une semaine et demi,
l’apparition de la vie, il y a environ 1 ans, 1 mois et quelques jours
la Terre a été créée il y a environ 1 an, 5 mois et une semaine
le soleil, lui, il y a 1 an, 5 mois et deux semaines
l’univers quand à lui est apparu il y a 4 ans et 4 mois

Voilà des durées que l’on est mieux en mesure de comparer entre elles, même si la portée réelle de ce qu’elles représentent nous dépassent encore un peu.

Mais cela permet déjà de remarquer que la formation de la Terre a été quasiment immédiate un mois, à notre échelle, après la création de notre étoile.

De même, la vie est apparue, toujours à notre échelle, 4 mois après la formation de la Terre.

À défaut de prouver que la vie est quelque chose de répandue dans l'univers, c'est en tout cas le signe que dans de bonnes conditions, elle se développe de manière suffisamment importante pour que nous en ayons détecté les vestiges, à notre époque.

Lorsque les conditions sont réunies :température, eau liquide, etc, Il n'est donc pas impossible que la vie soit en fait quelque chose de répandu dans l’univers,

Quand je parle de vie, je ne parle pas forcément de forme de vies intelligentes capables de conquête spatiale. Je parle de cellules, ou d’êtres peu complexes.

Pour le reste, il est difficile de s’avancer, de tirer des conclusions puisque nous n’avons qu’un cas à notre disposition pour en étudier les principes, le nôtre.

Fin du système solaire

Abordons, si tu le veux bien, la fin de la Terre.

Le destin de la Terre est, comme il l’a toujours été, lié à celui du Soleil

La mort du soleil est prévue donc pour dans 5.4 milliards d’années, soit 1 an et 8 mois, avec notre échelle.

Notre soleil est, depuis sa création, le lieu d’une lutte constante entre l’explosion permanente due à la fusion, qui a tendance à vouloir faire gonfler le soleil, comme toute explosion, et la gravité, liée à la masse des éléments qui composent le soleil, qui tend à vouloir le faire s’effondrer sur lui-même.

A l’heure actuelle, cette lutte est parfaitement équilibrée. C’est logique en un sens… Si elle ne l'était pas, nous ne serions pas là, en train d’en parler.

Mais cet équilibre va un jour se rompre.
Lorsque l’hydrogène nécessaire à la fusion viendra à manquer, la fusion au coeur de notre étoile va ralentir.
La gravité va donc prendre temporairement le dessus, écrasant le coeur de notre étoile sur lui-même.
Cela aura comme effet d’en augmenter la température, notamment à la surface du Soleil. Comme elle est composée de gaz, ce dernier va alors se dilater.
Le soleil va donc gonfler tel un ballon.

Il va graduellement passer d’un diamètre d’un million de kilomètres à 100 millions de kilomètres, devenant ainsi une géante rouge.

Sur Terre, le soleil ne sera plus le disque blanc que l’on peut cacher avec son pouce.

Il remplira alors le ciel d’une couleur rouge sang qui chauffera la Terre jusqu’à atteindre plusieurs milliers de degrés.
Les océans seront alors asséchés, la croûte terrestre sera transformée en lave rougeoyante .

L’étoile continuera doucement à gonfler jusqu’à atteindre 300 millions de kilomètre de diamètre, un rayon d’une unité astronomique, engloutissant alors la Terre et la Lune.

Peu après avoir englouti la Terre, la fin sera très proche pour le soleil.

Alors que les réserves d’hydrogènes seront épuisées totalement, c’est l’hélium qui commencera à être utilisé pour la fusion et cela génèrera du carbone.
Ce nouveau type de fusion créera alors des explosions d’énergie ultra-violentes qui se transmettront jusqu’à sa surface.
Cette dernière s’envolera alors partie par partie formant un nuage de matière, une nébuleuse.

Ce nuage contient ces fameux éléments lourds qui vont dériver à des vitesses atteignant pour les supernové 30% de la vitesse de la lumière et qui vont permettre de former d’autres systèmes, d’autres planètes, d’autres êtres vivants, possiblement.

Mais cela ne sera pas une supernova, non. Notre soleil n’est pas assez massif.

Notre étoile se sera pas complètement détruite. En son centre, il restera un coeur dense et brillant, générant une chaleur intense, une naine blanche.

Ce cadavre d’étoile va alors lentement se refroidir.
De la même manière qu’une boule de métal chauffée à blanc qui perdrait de sa luminosité en se refroidissant, il va briller de moins en moins jusqu’à devenir une naine brune puis une naine noire, en théorie.

Car si l’espace est froid, il ne conduit pas la chaleur. Cette dernière ne peut donc s’évacuer que par rayonnement, ce qui est très long.

C’est si long que l’univers n’est pas assez vieux pour que l’on ait pu observer une naine noire. Elle restent donc une théorie.

La vie de l’Univers

Et la fin de l’Univers ? Elle est prévue pour quand et comment cela se passera ?

Avant de parler de sa fin, il faudrait commencer par t’en détailler le début.

Le néant originel

Avant l’univers, il n’y avait rien. Pas juste l’absence de quelque chose, mais le néant.

Pas de règles de la physique, pas de matière, pas même de vide, et pas de temps.
Il n’y faisait pas noir. il n’y avait pas de concept de couleur ou même de lumière.

Le rien total.

Si le néant est difficile à imaginer, l'absence de temps est étonnamment celle qui est le plus à la portée de nos esprits. Car elle a une logique.

Pour cela il faut déjà le définir. Alors, réfléchis bien, le temps, qu’est-ce que c’est ?
(laisser un blanc pour que les gens y réfléchissent)

Le temps est une continuité indéfinie, le milieu dans lequel se déroule la succession des événements et des phénomènes, il est composé d’une infinité de points repérables dans une succession continue.
De chacun de ces points, on peut faire références aux précédents par un concept que l’on nomme « avant » et les suivants par un « après ».

Sans événement, sans phénomène, sans mouvement quel qu’il soit, sans transfert d’énergie, le temps n’a plus d'existence.
Il ne relie plus rien ensemble dans une évolution, une continuité, car il n’y a rien à relier.

Tu te poses peut-être la question : “qu’est-ce qu’il se passerait si on voyageait dans le temps, revenant avant le Big Bang, mais avec une montre ?”

Outre l’aspect par définition absurde, apporter ce serait-ce qu’une montre c’est apporter avec soi le Temps.

Pas uniquement sa représentation, car une pile reste une réaction chimique, un ressort, de l’énergie stockée qui se transfère à un mécanisme. Tout cela ce sont des événements que l’on peut relier entre eux.

Alors si vous faites partie du voyage, imaginez un peu le nombre d’évènements que vous représentez.

C’est la même logique pour la différence entre le simple vide et le néant. Le vide est l’espace entre le non-vide, la matière par exemple. Sans rien, il n’y a pas d’entre-deux. Donc pas de vide.

Oui, c’est compliqué le néant.

Le Big Bang

Si je te dis “création de l’Univers”, tu as surement déjà en tête le Big Bang, le plus populaire (et le plus probable) des modèles cosmologiques.

La cosmologie c’est la branche de la science qui étudie l'Univers : son origine, sa nature, sa structure et son évolution.

il ne faut pas confondre la cosmologie et la cosmogonie, qui elle n’est pas basée sur la science mais sur des contes, des légendes, ou des textes sacrés.

Car évidemment, expliquer notre origine, savoir d’où l’on vient, a toujours été une préoccupation des humains, on en retrouve la trace dans toutes les civilisations, aussi loin que l’on puisse remonter.

On ne sait pas ce qui est la cause du Big Bang. On ne le saura probablement jamais vraiment. Mais on sait qu’il existe car si l’on inverse la direction de ce que l’on observe, tout semble se réunir en un point.

Et si l’on regarde au fond du fond des cieux, il y a ce fond diffus cosmologique, un rayonnement extrêmement homogène, présent dans toutes les directions.

C’est le fossile de l’Univers tel qu’il était il y a 380 000 ans après le Big Bang. Cela correspond à 1h sur notre échelle réduite. à comparer aux 4 ans et quelques qui nous séparent du Big Bang. C’est vraiment allé très vite.

L’Univers était alors mille fois plus chaud et un milliard de fois plus dense qu’aujourd’hui.
Les étoiles et les galaxies n’existaient pas encore.

Ce moment observable est le reste de l’époque où l’Univers est devenu suffisamment peu dense pour que la lumière puisse s’y propager.
Et c’est d’ailleurs pour cela que l’on ne peut observer quoi que ce soit avant ce moment.

Moins de 380 000 ans après le Big Bang, l’Univers était opaque, composé d’un plasma d’électrons et de noyaux atomiques. On pourrait presque comparer ça au coeur d’une étoile unique.

Il aurait pu devenir un énorme trou noir, avec toute cette matière réunie dans un si petit espace.
Mais comme tout était parfaitement homogène, il n’y avait pas de point vers lequel la matière aurait pu s’agglomérer en une singularité.

On était alors en présence d’une sorte de soupe cosmique, un mélange de protons, de neutrons et d’électrons. Dans les conditions qui régnaient dans l’Univers primordial, ce n’est que lorsque sa température est descendue en dessous d’un milliard de degrés que les nucléons ont alors pu se combiner pour former des noyaux atomiques. Il n’était cependant pas possible de fabriquer des noyaux atomiques lourds.

Ainsi, seuls les noyaux d’hydrogène, d’hélium et de lithium ont été produits lors de cette phase qui commence environ une seconde après le Big Bang et qui a duré environ trois minutes (pas sur une échelle réduite. Tout cela est en temps réel).

Remonter en dessous d’une seconde (toujours réelle) après le Big Bang a été difficile et c’est complexe à t’expliquer, mais sache que les scientifiques peuvent remonter jusqu’à 10^-43 secondes après le Big Bang.
0.1, c’est 10^-1. 0.01, 10^-2. Cela veut dire que pour 10^-43, il y a 42 zéros après la virgule.

L’Univers est donc né d’une explosion d’éléments quasiment instantanée où les températures ont atteint des valeurs ahurissantes.
Puis il s’est dilaté sous l’effet de l’explosion, s’est refroidi, laissant les éléments se transformer en atomes.
Il est ensuite devenu transparent pour devenir l’univers que l’on connaît aujourd’hui avec ses étoiles fusionnant de l’hydrogène et créant la matière qui nous compose.

La fin de l’Univers

Nous pensions il y a quelques décennies, que l’Univers devait, tel un ressort, perdre la vitesse initiale donnée lors du Big Bang et, par action combinée de la matière et de la gravité, réunir à nouveau tous les éléments en un point unique et disparaître. Le nom de cette théorie, c’était le Big Crunch.

Or, l’univers ne semble pas décélérer. Au contraire, son expansion s’accélère, sans que nous puissions déterminer pourquoi. On sait juste qu’il faut une grande quantité d’énergie. Et cette énergie, on ne sait pas ce qu’elle est, d’où elle vient, on ne sait même pas la détecter.

Quelque chose dont on observe les effets sans pouvoir l’observer ou en trouver l’origine, ça rappelle un peu le concept de matière noire.

Justement, on l’a appelée cette énergie inconnue “l’énergie noire”.
C’est une autre grande énigme scientifique de notre univers.
L’observation de l’expansion de l’univers nous indique sa présence, mais nous n’en connaissons rien de plus.

Mais ne pas la connaître ne nous empêche pas d’en déduire la suite probable des évènements.

Une théorie assez logique pour le destin de L’Univers est donc la mort thermique, ou Big Freeze.
.
Alors que l’univers s’étend, et malgré l’action de la matière noire, la matière prête à être fusionnée, à l’origine des étoiles, sera alors trop éloignée pour s’agglomérer et en former de nouvelles.
Plus aucune réaction ne sera alors possible, il ne restera donc que les naines blanches devenues brunes puis noires sous l’effet de leur refroidissement.

Cela marquera graduellement la fin de l’ère des étoiles, qui sera remplacée par celle des trous noirs, devenant les vestiges des étoiles de jadis.

Cette ère sera encore plus longue que la nôtre.

Mais même elle, aura une fin.
Les trous noirs émettent des rayonnements, ce qui les déleste peu à peu de leur masse, jusqu’à leur évaporation totale.

Lorsque le dernier trou noir aura disparu, l’univers n’aura alors plus aucune source de chaleur, sa température baissera donc jusqu’à atteindre le zéro absolu, température à laquelle il n’y a plus aucune excitation de la matière, plus un mouvement, même au sein des atomes.

Graduellement ce sera donc la fin, non seulement de toute vie possible dans l’univers mais, comme on l’a vu, sans réactions, sans transferts d’énergies, sans mouvement, ce sera aussi la fin du temps lui-même.

Rassurez-vous, cette mort thermique ne sera pas pour demain. Ni la semaine prochaine.

Ne serait-ce que l’arrêt de la création de nouvelles étoiles devrait prendre entre 1000 et 100 000 milliards d’années.

Si l’on reprend notre échelle réduite où 100 ans dure 1 seconde, et où l’univers s’est formé il y a 4 ans et 4 mois, cela équivaut à une fin de l’ère des étoiles prévue dans 316 à 31 600 ans. C’est dans très, très, TRÈS longtemps.

Les derniers rayonnements des trous noirs, sont tellement lointains, que même avec l’échelle réduite, c’est un nombre dont je ne pourrais te faire prendre conscience.

On estime qu’il faudra, en années réelles, 10^100 ans pour que cela se produise.
Un 1 avec 100 zéros derrière. Un milliards, je le rappelle c’est un 1 avec “seulement” 9 zéros derrière. C’est inimaginable.
(avec mon échelle c’est un 3 avec 90 zéros derrière)

Nous sommes donc au tout, tout début de l’histoire de notre Univers, dans une période d’activité fougueuse, la plus propice à la vie.

Conclusion Acte 1

Je t’avais promis, au tout début, que tu n’aurais pas de mot pour décrire ce que tu penses du ciel nocturne, de ce qu’il représente.

Mieux le comprendre n’a pas retiré sa magie, bien au contraire. Désormais tu sais qu’il y a là-haut bien plus que des jolis points brillants.

C’est parfois déroutant voir terrifiant, mais c’est aussi souvent harmonieux et majestueux.

Et encore, nous n’avons que survolé bien des aspects de notre Univers. Je ne t’ai pas parlé en détail des planètes de notre système solaire encore et tu te demandes peut-être si c’est aussi impressionnant, bien que ce soit plus proche de nous.

Ce sont des mondes fantastiques qui méritent autant d’attention que l’Univers en entier.
Mais ce sera pour une prochaine fois, un prochain voyage.

Garde les yeux plein d’étoiles. A bientôt.